· entreprise,Coaching sportif,Conseils,Team,Motivation

Développer le sentiment d'auto-efficacité de ses employés

La théorie de l’auto-efficacité de Bandura, psychologue canadien, suit le principe qu’une personne est plus susceptible de s’engager dans une tâche si elle se perçoit elle-même comme compétente pour la mener à bien.

Pourquoi est-ce important ?

Les personnes ayant un faible sens de l’auto-efficacité ont tendance à contourner ou éviter les tâches complexes, se concentrent plus sur leurs échecs personnels et sur le côté négatif de leurs réalisations, et perdent plus rapidement confiance en eux et en leur capacités. A l’inverse, les personnes ayant un sens élevé de l’auto-efficacité ont tendance à percevoir les difficultés comme des challenges plutôt que des menaces, et sont donc naturellement plus investies dans les tâches qu’elles souhaitent réaliser. En effet, ces personnes ne perçoivent pas la difficulté et l’échec comme un mur de pierre, mais comme un obstacle à traverser, et ont tendance à faire preuve de créativité et d'engagement pour y arriver.

C’est pourquoi il est aujourd’hui important de promouvoir le bien-être personnel, tellement il influe sur tout le reste, et cela que ce soit au travail ou dans la vie personnelle.

Et heureusement, l’auto-efficacité est une capacité psychologique que chacun peut construire et développer. Il existe quatre facteurs au travers desquels cela peut se faire :

-Tout d’abord, nos expériences passées. Alors que les échecs affaiblissent le sentiment d’auto-efficacité, les réussites le fortifient.

-L’observation des autres et l’analyse des moyens qu’ils ont mis en place ainsi que de leur échec ou réussite à mener à bien leur activité. Par exemple, dans une entreprise automobile, un employé n’arrive plus à vendre. Il décide de demander aux autres entreprises du même secteur leurs résultats, et se rend compte que le secteur est en baisse. Pour la même activité, différentes personnes ont obtenu un résultat similaire. Son sentiment d’auto-efficacité ne sera pas fragilisé car il ne remettra pas en question ses capacités à réussir. Autre scénario : le chiffre d'affaires des autres entreprises augmente. L’employé remettra ses capacités en question car il est le seul à obtenir des résultats négatifs.

-Lorsqu’une personne reçoit un feedback concernant une activité qu’elle a réalisé, elle peut redoubler d’efforts et de confiance en ses capacités, tout comme elle peut perdre de son sentiment d’auto-efficacité.

- L’état psychologique joue aussi un rôle dans l’évolution du sentiment d’auto-efficacité. Si vous vous sentez stressé avant de rencontrer une situation challengeante, votre auto-efficacité s’affaiblira. Au contraire, si vous pensez que vous allez y arriver, elle sera boostée.

Ainsi, comment faire en sorte que ce sentiment d'auto-efficacité se développe chez vos employés ?

-Faire des critiques constructives et positives : Dans le travail, des tâches sont assignées et il est attendu qu’elles soient réalisées. Mais il est important qu’elles soient réalisées de la meilleure manière possible. Des obstacles peuvent entrer en jeu, parfois hors de portée de l’employé, mais il se trouve que l’employé peut lui aussi entraver le bon déroulement de la tâche de part notamment ses compétences. Il est donc important de lui signifier ce qui ne va pas. L’important est de se tourner vers le positif, c’est-à-dire donner des pistes et surtout des opportunités d’amélioration.

Une critique n’étant pas seulement négative, il est très important de signifier lorsque l’on est satisfait.

-Être ambitieux : Lorsque le manager fixe des résultats difficiles (mais pas impossibles) à atteindre, l’employé croit en sa capacité à réaliser sa tâche, puisque le manager lui a confiée, et d’un autre côté, se doit de la faire puisque c’est son travail. De son côté, l’employé se fixera des buts personnels plus élevés. Cela augmentera leur performance, à la fois au travail mais aussi dans leur vie personnelle (Effect of Self-Efficacy, Goals, and Task Strategies on Task Performance, Locke Edwin A, Frederick Elizabeth, Lee Cynthia, Bobko Philip)

-Proposer des formations : Rien de pire que de ne pas se sentir à la hauteur et de ne pas pouvoir s’améliorer. Si un employé se voit renforcer ses compétences, son sentiment d’auto-efficacité augmentera par la suite.

-Accepter les défaites : on ne peut pas réussir tout ce que l’on entreprend. L’important est de comprendre ses erreurs.

Il existe certaines activités plus propices que d’autres au développement de l’auto-efficacité, comme le sport. En effet, il offre un très bon environnement pour challenger son sentiment de self-efficacité : nos propres performances ne dépendent que de nous. Un coureur ne peut pas blâmer son adversaire s’il n’a pas gagné une course. C’est pourquoi, dans le sport, nous sommes confrontés à nos propres faiblesses.

Dans le sport, un objectif met longtemps à être atteint. Les bodybuilders n’atteignent pas leur résultats impressionnants en 1 semaine, ça se saurait ! On apprend donc à persévérer, mais aussi que ce n’est pas parce que l’on rencontre des bas que nous n’atteindrons pas notre objectif.

On part parfois dans la mauvaise direction ; une remise en question est donc nécessaire pour aller sur le droit chemin, et si cela remet en cause nos capacités à faire les bons choix dès le départ, cela prouve nos capacités à se remettre en question, à ne pas foncer sans réfléchir…Et quand bien même, l’erreur est humaine ! http://www.shareurcoach.fr/blog/nousavonstousdroitalerreur

C’est d’ailleurs pourquoi de plus en plus d’entreprises investissent dans des activités « extra-travail » afin de motiver leurs employés et améliorer leurs capacités personnelles, leur permettant d’être plus efficaces.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OK